Le gouvernement refuse le gel des loyers

ALERTE HLM

C’est un article du journal Le Monde qui a alerté : « Le ministère du logement convoque, en urgence, ce lundi 27 juin, le Conseil national de l’habitat (CNH), instance consultative regroupant les acteurs du logement, avec, entre autres, au menu, la revalorisation des loyers. »

Ce n’est pas pour annoncer le gel des loyers réclamé par les associations de locataires mais bien pour décider leur alignement sur l’Indice de revalorisation des loyers (IRL).

La CSF à la manifestation contre la baisse des APL

« L’évolution de l’IRL inquiète les associations de consommateurs dans la mesure où il répercute, certes avec retard, l’indice des prix à la consommation, hors tabac et loyers, lissé sur douze mois. Or l’inflation accélère depuis janvier 2022. De + 5,6 % en mars, attendue à + 6,8 % d’ici décembre selon l’Insee, elle devrait, sur l’année, s’établir à + 5,5 %. Son impact sur l’IRL s’est déjà fait sentir à hauteur de + 2,49 % au premier trimestre, + 3,5 % au deuxième trimestre et devrait dépasser + 5 % au troisième trimestre. »

L’augmentation attendue serait de 3,5% au 15 juillet prochain, ce qui correspond à la valeur de revalorisation attendue de l’IRL du deuxième trimestre. Cela correspondrait selon les types de logement HLM à des augmentations de plusieurs dizaines d’euros par mois. Une hausse qui s’ajoutera à celle des charges locatives – les diverses mesures annoncées comme des « boucliers » n’étant pour l’essentiel que des leurres de communication.

Le gouvernement a cédé à la pression des propriétaires et des bailleurs sociaux qui refusaient le gel des loyers. Il annoncera sans doute une revalorisation des APL, ou une sorte de « chèque » précarité qui ne compensera comme d’habitude qu’une faible partie de l’augmentation des loyers. Les locataires qui perçoivent l’APL ne sont en effet pas la totalité des résidents HLM ou des logements privés. La récente « réforme » des APL a de plus privé des dizaines de milliers de locataires de cette aide.

La seule mesure équitable aurait été un gel des loyers prenant en compte par des subventions de l’Etat les difficultés des bailleurs sociaux et des petits propriétaires qui ne seraient pas en mesure de faire face à leurs obligations face à la flambée de la hausse des prix.

Ce gel des loyers permettrait de répondre à l’ensemble des locataires, des smicards aux chômeurs, en passant par les couches moyennes qui sont désormais aussi en difficulté.

Les locataires devront à nouveau s’adresser à l’Etat et aux bailleurs sociaux afin que cette mesure d’augmentation qui va accroître les inégalités ne soit pas appliquée.

Bien entendu, la date choisie pour annoncer la hausse n’est pas innocente. Les locataires et leurs associations qui avaient été abreuvées de bonnes paroles, genre « Bercy met à l’étude le gel des loyers » sont une fois de plus mis devant le fait accompli au début de l’été. Le gouvernement compte ainsi gagner du temps pour désamorcer les mobilisations nécessaires.

Robert Crémieux

**

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s